larunneusegrignoteuse

Runneuse, escaladeuse, grignoteuse et … heureuse!

Je fais c’que j’veux

dessin-aiguilles-2009

J’aime faire du stop et prendre des stoppers au bord de la route.

A 18 ans j’ai acheté un billet d’avion pour l’Afrique et me suis embarquée dans un association.

J’ai quitté trois fois mon boulot par ennui…il y a des chances que la 4ieme arrive rapidement.

Je suis devenue végétarienne puis -talienne à l’adolescence.

J’ai rencontré Monsieur, il m’a demandé en mariage 4 mois après. J’ai dis oui. On s’est mariés.

J’ai embarqué mon père sur un road trip avec trois francs et six sous en Chine et Mongolie.

J’ai passé un Master en art…je me suis ennuyée dans mon boulot…j’ai repassé une Licence…je me suis ennuyée dans mon boulot…j’ai re-re-passé un Master en sciences humaines…je m’ennuie dans mon boulot. J’ai envie de reprendre mes études.

Je ne veux pas d’enfant. Définitivement.

Je passée du temps en Italie, aux USA, au Portugal, au Cameroun, en Grande-Bretagne, en Belgique, en Suisse, en Corse, en Tunisie, en Chine, en Mongolie. Je file prochainement en Norvège.

J’aime autant boire de la bière que du champagne. J’aime autant boire du champagne que de la bière.

J’ai falli mourir. Plusieurs fois. Je ne suis pas morte.

Avec Monsieur, on s’essayera prochainement au Woofing.

J’ai payé mes études grâce à Mc DO et Vinci autoroutes…mais aussi à des heures dans la restauration, des baby-sitting, des heures à laver des mamies et du ménage.

J’ai fais de la danse, de la gym, de la guitare, du sitar, du piano, de la poterie, du dessin, de la couture, de l’escalade, de la course à pied. Je continue la course à pied. J’aimerais jouer de l’accordéon et faire de la highline.

Le matin j’avale de la spiruline, des baies de goji et deux cuillères de pollens.

Je voudrais me construire et vivre dans une Tinyhouse. Pour de vrai.

Avec trois licences et deux masters je suis payée au SMIC.

Et pourtant…j’ai souvent peur du regard des autres. J’ai peur de passer pour une malpolie tant je me fiche des conventions. Et puis, ces conventions, ces ronds de jambes, me rattrapent parce qu’il y a ce regard soutenu et appuyé sur “ce qui se fait, ce qui ne se fait pas”. Je fais c’que je veux, mais pas tout à fait. Parce que parfois le retour de ceux qui te jugent “hors cadre” fais mal. Répondre aux questions, aux reproches ne me gène pas. Soutenir les non dit est plus compliqué. Se faire prêter de mauvaises intentions encore plus. Parce que tu fais différemment, tu penses différemment, tu vis différemment, tu “fais mal”. Ce jugement décalé entre ce que je suis et ce que l’on pense que je suis m’affecte souvent plus que je ne veux bien le dire. Alors oui, je fais c’que je veux…mais pas tout à fait…

 

(Source image : Armelle Blary)

Advertisements

10 comments on “Je fais c’que j’veux

  1. cocoandco Ⓥ
    May 1, 2016

    Ton billet me parle, évidemment, merci de l’avoir écrit…
    Je dirais qu’ici on a franchis une étape, on n’a plus ce problème à devoir entendre/percevoir/imaginer/supporter/etc les remontrances/regards/jugements des autres quand à nos choix de vie… pour la bonne et simple raison que nous vivions désormais en vase clos…Nous avons dit “STOP” tout simplement à la famille et aux amis ne supportant pas de voir coach-chéri, docteur en psycho payé au smic, tailler les vignes pour le même prix, tranquillité et bonheur en prime, ni de me voir moi m’éclater à courir au lieu de planifier une retraite improbable ou de compter mes rides…
    Je ne suis pas polie et je m’en moque, je ne suis pas conventionnelle et je m’en moque, je ne suis pas consensuelle et je m’en moque…c’est un peu triste parfois pour nous d’être si isoles mais c’est beaucoup moins triste que de devoir subir les regards et les jugements d’autrui, on a passé l’âge de se faire engueuler…
    Voilà!
    Un jour j’ai décidé de m’aimer bien, j’ai décidé de ne plus subir ce que tu décris parfaitement dans ton billet: le harcèlement social et familial… et ça va beaucoup mieux ;o))

    • larunneusegrignoteuse
      May 18, 2016

      Comment te dire Coco. Ça fait du bien. De sentir un écho parce que tu comprends “intimement” mes blabla.
      Vivre en vase clos, c’est ce que l’on fait avec Monsieur depuis quelques années. Cela ne signifie pas être coupé du monde, mais juste faire des choix, ou plutôt laisser les choix se faire tout seules. Néanmoins, reste ce poids de ne pas être “jugé” sur les bons critères. Je sais par exemple que laisser tomber à nouveau mon job (le même que coach-cheri dans son ancienne vie 🙂 ) pour passer un CAP de l’artisanat fera un (nouveau) tollé… je le sais, et je ne peux pas ignorer que cela me blesse…parce que j’attends…peut être un peu d’intérêt, de questions, en lieu et place de jugement… bon bref de bref.

      • cocoandco Ⓥ
        May 18, 2016

        Que te dire? Je sais combien ça peut être douloureux, on est en plein dedans en ce moment, au stade relationnel et familial en dessous du niveau de la mer à cause de différences aiguës dans notre façon de gérer nos vies et le monde qui nous entoure..j’ai tjrs été différente,je ne sais pas si c’est une bonne chose mais j’ai la conscience tranquille je fais au mieux,ce qui me paraît juste et je m’applique,ce qu’en pensent nos proches m’attriste mais leurs pensées ne m’appartiennent pas, et je n’ai pas de solution miracle pour être à la fois en accord avec eux et avec moi même

  2. Johanna
    May 2, 2016

    Rassurant comme billet, classique de ces dernières années curieuse et sur diplômée = SMIC horaire,

  3. Rohnny
    May 3, 2016

    Tu es juste une personne entière et rien que pour cela total respect.

    • larunneusegrignoteuse
      May 18, 2016

      Je ne suis pas certaine qu’il s’agisse d’être entière….parce que les autres ne sont pas que des moitiés 😉

  4. marjolainerapog
    May 30, 2016

    Alors #1, tu es revienduuuuueeeeee !!! (j’suis toujours à la ramasse niveau timing moi, tu remarqueras)

    #2, moi j’ai envie de te dire : bravo. Bravo pour le fait que tu oses, malgré tout. Bravo pour le fait que tu ne prétends pas arriver à rester de marbre face aux critiques. C’est pas forcément facile de l’avouer.

    Je ne te connais pas, mais avec ces petites choses que tu nous dis de toi, ici, moi, je suis admirative. Quitter son job par ennui, j’ai fait… plusieurs fois… pour me recoller dans la même galère encore et encore. M’a fallu 5 ans, beaucoup de stress, de larmes, de “pas bien dans ma peau”, pour arriver à jeter définitivement l’éponge.
    Reprendre des études, j’y ai pensé 500 fois. Le problème avec moi, c’est que je pense beaucoup… beaucoup… BEAUCOUP trop. Et que je n’agis PAS. Indécision quand tu nous tiens. Alors, moi je dis chapeau bas pour avoir le courage de le faire.
    Une association en Afrique… j’y ai pensé aussi plein plein de fois. Jamais fait.
    Voyages, j’ai un peu fait.
    Tiny house… arrête, ça me plait pas mal ça aussi. Seul problème : je rêve d’une immense cuisine. Y’a comme qui dirait un léger souci 😉
    Et le regard des autres… (et surtout des proches en fait) Se faire traiter de débile par sa mère parce qu’on est devenue végétarienne et qu’on discute du fait qu’on deviendra certainement végétalienne… c’était sympa… ou pas vraiment en fait. Mais on garde le sourire et on encaisse. (Et, accessoirement, on devient végétalienne quand même 😉 Fuck!) Parce que est-ce si compliqué de poser des questions et partir du fait que je ne suis peut-être pas si débile que ça et que mes choix sont, peut-être, un poil réfléchis ? Apparemment, ça l’est.
    Pour les autres, je suis originale et “spéciale” (et intolérante aussi… celui-là, il a du mal à passer d’ailleurs, m’enfin). On garde le sourire et on garde le cap, mais, au fond, c’est pas super évident de se sentir incomprise ou “à côté” de la norme. Même si je suis sûre de mes choix…

    Une chose, par contre : je suis très attachée aux USA car, là-bas, je me sens beaucoup moins jugée. Il y a moins de normes et de préjugés. Les gens ont un regard beaucoup plus curieux que juge sur la différence.

    Bon… je vais m’arrêter là. Je me suis un peu emballée… Quoiqu’il en soit, encore de jolis mots de ta part 🙂 Merci de ce partage.

    • larunneusegrignoteuse
      June 11, 2016

      Je n’ai pas répondu cherchant depuis quelques jours quelque chose à la hauteur de ton commentaire (j’ai écrit “intelligent” mais c’était pas ça, et puis “profond” mais c’était toujours pas ça, et puis “a propos” mais toujours pas. Restons sur “à la hauteur” même si ce n’est pas le bon mot.)

      Bref.

      C’est drôle parce que je parlais hier avec une collègue de ces expériences à l’étranger, ou justement il me semblait vivre beaucoup moins fortement le poids des conventions. Je m’interrogeais sur le fait d’avoir ressenti ça dans des circonstances qui étaient peut être particulières : vacances, éloignement du cercle privé, découverte et “euphorie” aidant… Du coup je me demandais si vraiment “l’herbe était plus verte ailleurs”.
      En fait, le “ailleurs”, c’est sans doute celui qu’on construit ou que l’on a envie de percevoir.

      J’ai compris que de mon côté les échéances me permettait de maintenir le cap même dans des situations inconfortables. Je sais par exemple que je trouve pas mon compte dans mon job actuel. Mais je sais également que je peux persister encore un peu parce que je prépare ma porte de sortie. Ca me permet d’être là sans y être. J’ai déjà l’esprit ailleurs. Le quotidien devient bien plus supportable alors.

      Si je saisi de ton côté du a claqué la porte du boulot. Beau geste. Moi aussi j’ai quand même envie de dire que j’admire 😉

  5. Gwen
    June 28, 2016

    Je suis a priori encore plus en retard que Marjolaine!
    Moi je suis celle de la famille qui fait des trucs fous, ils sont habitués ils ne disent plus rien. Avant d’arriver en Bretagne j’avais tout plaquer à La Rochelle, le 1er novembre on décidait qu’on voulait bouger le 30 novembre je faisais l’état des lieux de sortie de l’appart. Finalement je ne regrette pas.
    Pour ce qui est du salaire…. Paye ta déprime je suis celle ayant fait le plus d’étude parmi mes cousins et pourtant j’ai le plus bas salaire…. J’aimerais reprendre mes étdues… Mais dans quoi c’est une grande question??? Je suis pas douée en grand chose malheureusement. J’aimerais postuler ailleurs, partir un peu mais c’est pas facile de se dire qu’on quitte son confort. Pour l’instant je me satisfait en passant des chouettes week-end qui m’aident à tenir les semaines… Mais je pense qu’à terme ça sera plus compliqué. En attendant je regarde sur pôle emploi régulièrement. Sur un malentendu….

    Pour le végétarisme, l’année dernière j’ai stoppé la viande, face aux remarques, aux pressions et compagnie j’ai repris. Même si j’en mange très peu…. Une fois de temps en temps pour rassurer, papa, maman, papy, mamy, mon frère et ma soeur. Mais cela dit quand j’ai arrêté la viande ma grand mère m’a dit “s’il y en a bien une dans le lot pour faire ça, ça ne peut être que toi”…

    Globalement je fais a peu près ce que je veux et je n’écoute pas toujours les remarques que l’on me fait, même si ce n’est pas toujours facile!

    Bonne journée, j’attend avec impatience ton CR pour vos 180km!!!!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Information

This entry was posted on May 1, 2016 by in Uncategorized.
%d bloggers like this: